Membre de l'équipe Bertrand Matecat Responsable de la production

Bertrand Matecat

Directeur de production

Bertrand Matecat est déjà une figure familière dans les ateliers du chantier naval Privilège, bien qu’il n’y occupe que depuis peu le poste de directeur de production. À ce titre, il est responsable de la mise en place de toutes les pièces composites du bateau et de leur assemblage final, qui comprend l’étape capitale de l’assemblage du pont et de la coque. Il dit de lui-même qu’il est en « mode d’écoute » et qu’il commence à comprendre la façon dont la production est organisée sur le chantier. Privilège étant en pleine croissance, il est également chargé de recruter les nouveaux charpentiers de marine qui rejoindront l’équipe. « Je mène de nombreux entretiens avec des candidats potentiels », assure-t-il.

L’objectif ultime est de construire un bateau qui réponde parfaitement aux souhaits des clients.

BERTRAND MATECAT

Ce n’est pas la première fois qu’il travaille pour le chantier naval des Sables-d’Olonne. Avant son poste précédent, où il supervisait la production d’environ 500 bateaux par an pour le constructeur nautique leader Bénéteau, il avait été directeur des activités Composite de Privilège. « L’entreprise n’en était alors qu’à ses débuts, et mon poste touchait à différents domaines tels que la production, la qualité, la sécurité, les achats, et d’autres. J’étais en mode multitâche pour pouvoir avancer ».

Il a beau être monté en grade depuis lors, ce qu’il aime dans son travail n’a pas changé : le contact avec les gens. « Je suis manager depuis de longues années, et c’est un métier que l’on ne peut pas exercer si l’on n’aime pas le contact avec les autres. J’aime aussi suivre les différentes étapes de la construction des bateaux, qui aboutit à la livraison du bateau fini au client ».

Catamaran blanc à voile en pleine mer

Bien que féru de voile et de planche à voile dans sa jeunesse, il a grandi loin de la mer et n’avait donc que peu d’occasion de s’adonner à ces sports. Il les a donc troqués contre le cyclisme, et parcourt chaque année 12 000 km sur son deux-roues. Mais il sait vers quelle destination il mettrait les voiles s’il avait la chance de posséder un catamaran Privilège. « Les Caraïbes sont magnifiques. Mais l’intérêt de nos catamarans est qu’ils permettent de naviguer partout dans le monde, alors j’en profiterais pour me rendre dans des régions que je ne connais pas encore. »